23/07/2016

AMAEL MOINARD EQUIPIER MODELE

Un Tour de France 2016 un peu particulier pour Amaël Moinard. Il est né le 2 février 1982 à Cherbourg… Voilà vous avez l’explication, le Tour s’est élancé de chez lui, à la porte de l’endroit où il a vu le jour, sur les routes où il a effectué ses premier tour de roue de vélo.

« Je pensais bien que la candidature de la Manche aboutirait. Je l’espérais ardemment. Les visites dans le nord-Cotentin sont relativement rares, on n’y vient pas par hasard. Le Tour de France, et qui plus est, un Grand Départ c’est l’occasion de visiter cette belle région. J’ai vu le Tour à Cherbourg en 1994, si je me souviens bien il y avait un podium avec Hervé Vilard. Dès le dépôt de candidature j’y ai cru car le Mont Saint Michel attire des millions de visiteurs et il y le mythe retrouvé, celui d’être une ile. »

Au départ Amaël Moinard était en pays de connaissance, mais ce n’est pas pour autant qu’il a estimé que des ailes lui avaient poussé. Son rôle est de protégé son leader Richie Porte et jusqu’à cette dernière étape il s’est particulièrement bien acquitté de cette tâche. Un équipier de luxe pourrait-on dire car Amaël Moinard a des qualités qu’il aurait pu mettre en évidence. Avec un peu plus de liberté d’action il aurait pu se distinguer en montagne et aller chercher le maillot à pois Carrefour de meilleur grimpeur.

Il a montré ses qualités chez Cofidis entre 2005 et 2010 et ensuite au sein de la formation BMC où il a couru avec l’australien Cadel Evans lors de sa victoire dans le Tour de France 2011. Amaël Moinard peut aujourd’hui la satisfaction du travail accompli, Richie Porte a tenu son rang, en grande partie avec l’aide d’Amaël Moinard.