07/07/2016

LAURENT DESBIENS LE PETIT NOUVEAU

Pour Laurent Desbiens, le petit nouveau de l’équipe Carrefour, l’arrivée à Montauban lui rappelait de bons souvenirs. En 1998 au terme de l’étape Brive-Montauban Jacky Durand remporté l’étape et Laurent Desbiens endossé le maillot jaune.

Depuis février 2003, Laurent Desbiens travaille au service communication de Lille Métropole Communauté Urbaine où il est chargé des relations publiques des évènements et clubs sportifs subventionnés par la communauté urbaine.

Depuis sa retraite sportive il se retrouve tous les ans dans la caravane du Tour de France. Après avoir officié pour le service médical tant au volant d’une voiture que sur la moto-médecin, en étant ensuite au guidon d’une moto de chronométrage, il revient cette année, après un an d’absence, en tant que Relation Publique pour Carrefour le partenaire du maillot de meilleur grimpeur sur le Tour de France. Il aura pour mission de conduire des invités et leur faire découvrir la course.

« Tant pour les coureurs que pour les suiveurs le départ est toujours un moment important. Le déclic se situe le jour des Championnats de France. » Laurent Desbiens a connu ce moment à six reprises dans sa carrière de cycliste. Il connait cette excitation du départ, le moment où l’on échafaude des plans et surtout lorsque sur la carte on coche une ou deux étapes où l’on pourra se mettre en évidence.

« Le Tour de France s’annonce très difficile. Jusqu’à présent les coureurs ont bénéficiés de conditions favorables pour exercer leur métier. Pas de grandes chaleurs, et si le soleil est au rendez-vous sur le Tour la transition pourrait jouer bien des tours… Les organismes ne sont pas habitués et il pourrait y avoir de grosses défaillances. C’est un point loin d’être négligeable. Naturellement il faut y ajouter les difficultés naturelles de chaque étape, mais sur ce plan tous les coureurs connaissent les tenants et les aboutissants de chaque étape. De toute façon il n’existe jamais une étape facile sur le Tour de France. Après quelques jours de course on se retrouvera du côté du Lioran et ensuite très rapidement dans les Pyrénées, un massif très délicat à aborder. Mais il faut conserver suffisamment de ressources pour la troisième semaine. »

Laurent Desbiens se garde de tout pronostic, et ce d’autant plus cette année où la course à la succession de Chris Froome est très ouverte.

« Tout le monde est présent on devrait donc avoir une course très ouverte. Avec un tel terrain les favoris devront rapidement se mettre en évidence et passer résolument à l’attaque. Il ne faut pas attendre, comme on a pu le voir il y a quelques années. Le cycliste offensif est le secret dans la réussite. »

Reste à examiner le cyclisme français, en plein renouveau, avec certains coureurs pas très loin de se positionner parmi les favoris. « Les français sont forts comme on a pu le voir au dernier Tour de Suisse et ils sont capables d’aller chercher un maillot de meilleur grimpeur, mais pour le maillot jaune ça me semble difficile.  Mais il faudra se montrer sérieux et surtout être présent tous les jours, reste à savoir s’ils en sont capables. »