04/07/2016

JACKY DURAND TOUJOURS DISPONIBLE

Jacky Durand encadré par David Acedo, le magicien,Stéphane Goubert, directeur sportif AG2R,  et de l'autre côté Guillaume Di Grazia, Eurosport.

 

Difficile de gagner le cœur des Mayennais après les frères Madiot et pourtant Jacky Durand y est parvenu dans les années 90. Il a su accrocher le public par ses talents d’attaquant, n’hésitant jamais à se lancer dans des échappées au long cours en partant très tôt dans la course en solitaire ou en groupe et qu’importe l’épreuve, les kilomètres et les conditions météo. Jacky Durand, né à Laval le 10 février 1967, est un guerrier…

Ses talents de baroudeurs ont fait sa popularité et Cyrille Guimard, son premier Directeur Sportif chez Castorama, l’a incité à user et abuser de ces attaques, souvent hasardeuses, mais quelquefois payantes.

Il compte 10 participations sur le Tour de France et comptabilise trois succès d’étapes. Le Prix de la Combativité lui revient en 1998 et 1999 mais termine lanterne rouge de la Grande Boucle. Après une dernière saison en 2004 au sein de la formation belge Landbouwkrediet-Colnago il prend sa retraite et quasiment immédiatement il devient Ambassadeur Carrefour.

 « J’en avais envie pour rendre au cyclisme tout ce qu’il m’a donné. Même si je n’étais pas un grand grimpeur, pas du tout même, ça m’a semblé naturel de venir militer dans les rangs du maillot blanc à pois rouges Carrefour. »

Jacky Durand fait partie de cette caste très fermée des porteurs du maillot de meilleur grimpeur sur la Grande Boucle. En 2001, alors que le Grand Départ du Tour s’est déroulé à Dunkerque, il s’envole dans une échappée dont il a le secret lors de la première étape entre Saint Omer et Boulogne-sur-Mer. En compagnie de Christophe Oriol il va caracoler en tête très longtemps raflant au passage tous les points des escalades au programme de la journée.  « Ce maillot était un rêve pour moi et ce jour-là je l’ai atteint, j’étais très fier de l’endosser. Je l’ai conservé deux jours avant de le rendre aux spécialistes au soir de l’étape Calais-Anvers. »

Jacky Durand est donc resté fidèle à Carrefour en intégrant son équipe sur le Tour de France, en même temps qu’il commente la course sur Eurosport. « C’est d’autant plus important pour moi que Carrefour fait partie des valeurs sures du Tour de France. Je côtoie l’équipe depuis dix ans et j’y ai toujours trouvé du professionnalisme et de la convivialité. La marque est parfaitement mise en valeur. C’est un partenaire indispensable au Tour. »

Jacky Durand, autant que faire se peut, selon son emploi du temps sur Eurosport consacre du temps aux invités Carrefour quelquefois au Village Départ, quelquefois après l’étape. Il a toujours de nombreuses anecdotes à raconter et des commentaires précieux sur la course. Jacky Durand ne connait pas la langue de bois…

« Les invités Carrefour du Tour de France, pour certains, sont de véritables spécialistes du cyclisme. Pour les autres nous les éclairons sur des points précis de route, de tactique ou de matériel. Il n’y a jamais de question idiote. J’aime renseigner des personnes qui ne connaissent rien au cyclisme et que le soir venu me disent qu’ils ont passé une bonne journée et qu’ils ont découvert le cyclisme grâce à moi, ou tout au moins ont découvert une face cachée et que finalement le cyclisme ce n’est pas uniquement appuyer sur les pédales. »

Jacky Durand n’est pas avare d’explications depuis dix ans chez Carrefour et il se félicite de faire partie de cette grande famille du vélo. « C’est comme une équipe cycliste, chacun à sa tâche et se doit de le faire pour permettre au voisin de faire le sien. Cette grosse équipe possède un leader, un capitaine de route, chacun son boulot, sa responsabilité, sa mission. Le cyclisme a besoin de partenaires fidèles, de partenaires privés. Un grand besoin pour vivre. »

Jacky Durand est disponible et ça fait partie de son tempérament.