09/07/2016

PRESENTATION DE LA 9EME ETAPE

9ème  étape : dimanche 10 juillet 2016

 

Vielha Val d’Aran – Andorre Alcalis : 184,500  km

 

Port de la Bonaigua : km 19
1ème catégorie – 10pts, 8 pts, 6pts, 4pts, 2pts, 1pt, – vers 12 h 39
Distance : 23 km ; Pente Moyenne 4,79% ; Pente maximale : 7 % ; Altitude 2072 m

Le Port de la Bonaigua est la route du Val d’Aran à la Catalogne. Avant 1940 cette route était la seule pour relier ces deux régions d’où les difficultés rencontré en hiver avec un col de plus de 2000m, constamment enneigé. Il a fallu la construction du tunnel de Vielha pour faciliter la circulation.

Dans cette région on y parle l’occitan, quasiment une langue officielle. Les difficultés pour accéder à cet endroit en ont fait un lieu privilégié des opposants au régime de Franco pour s’y réfugier.  Ce Col de La Bonaigua fixe le point de partage des eaux entre les influences océaniques et méditerranéennes. La Garonne filera vers l’Atlantique, le ruisseau de la Bonaigua file vers le bassin de l’Ebre.

 

Port d’El Canto : km 87,500 km
1ème catégorie – 10pts, 8pts, 6pts, 4 pts, 2 pts, 1pt – vers 14 h 44
Distance : 19,300 km ; Pente moyenne : 5,4 % ; Dénivelé : 1045 m ; Altitude 1720 m

Ce Port del Canto permet de traverser les Pyrénées d’Est en Ouest. Après quatre kilomètres d’ascensions les choses sérieuses commencent avec des pentes à 7 et 7,5%.  Jusqu’à Vilamur il faut tenir le choc, les choses deviennent plus facile, tout est relatif, ensuite. On retrouve des pentes entre 7 et 8% dans le final.

Au sommet on peut y voir se reposer de chevaux de course qui se reposent dans les prairies et les espaces enneigés.

C’est doute l’un des cols catalans les plus froid du massif, la neige est pratiquement toujours présente ce qui rend la circulation extrêmement difficile.

Le Tour de France y est passé à deux reprises en 1974 avec l’Espagnol Domingo Perurena et en 1993 avec le suisse Tony Rominger.

 

Côte de Comella : km 143
2ème catégorie – 5 pts, 3pts, 2pts, 1 pt – vers 16 h 24

Distance : 4,600 km ; Pente moyenne : 7,7% ; Pente maximale : 356 m ; Altitude : 1362 m 

C’est certainement la difficulté qui apparait la plus facile à aborder, mais ce n’est qu’une impression sans doute dû à la distance relativement courte 4,600 km. Pourtant les pentes proposées pourront faire des différences.

C’est pratiquement une ascension en ville puisque le pied se trouve à Andorre la Vieille. Une côte emprunté par la Semaine Catalane, Le Tour d’Espagne et qui accueille chaque année en aout une épreuve cyclotouriste : La Purito.                                

                                                                            

Col de Beixalis : km 126,500
1ème catégorie – 10 pts, 8 pts, 6 pts, 4 pts, 2 pts, 1 pt – vers 16 h 33
Altitude : 1795 m ; Distance : 6,600 km ; Pente moyenne : 8,5% ; Dénivelé : 556 m

C’est un véritable « mur ».   La route est bordée d’arbres et a été refaite dans ses parties inférieures et supérieures. L’ascension est irrégulière et présente des portions à 14% voire au-dessus. Le premier kilomètre depuis Encamp ne présente pas de difficulté particulière jusqu’au rond-point de Beixalís Vila où la route monte d’un coup à 14% puis 17 %. La traversée de Vila permet un temps de répits dans la difficulté. Dès la sortie du village par une route sinueuse l’escalade se poursuit à 13%. Au milieu de la végétation l’escalade se poursuit toujours aussi exigeante toujours autour des 13 et 14 %. Au fur et à mesure que l’on se rapproche du sommet la pente atteint 18% sur une route complétement dégoudronnée et qui répond parfaitement sous la roue.

 

Andorre Arcalis : km 184,500
HC – 50 pts, 40 pts, 32 pts, 28 pts, 24 pts, 20 pts, 16 pts, 12 pts, 8 pts, 4 pts – vers 17 h 40

Altitude : 2225 m ; distance : 18 km ; Pente moyenne : 5,24% ; Pente maximale : 8,7% ; Dénivelé : 943 m

Avant d’arriver sur Arcalis la caravane passera à Ordino, une des sept paroisses d'Andorre, située dans la vallée du Valira del Nord. Cette ville est connue pour l’Industrie du fer qui s’est développé entre le XVIIe et le XIXe siècle. En toute logique on y trouvait également des forges aujourd’hui transformé en Musée. Après le fer Ordino s’est tournée vers l’or blanc en développant une station de sports d’hiver : Arcalis inaugurée en 1983.  Arcalis est devenu la station préférée des Andorrans.

Arcalis dispose de la plus longue piste verte dans les Pyrénées, d’une longueur de 8 km et d’un dénivelé de près de 600 m.

La montée d’Arcalis a été visitée 4 fois par le Tour d’Espagne :

2000 : Félix Cardenas (C)

2001 : José Maria Jiménez (E) contre la montre individuel

2005 : Francisco Mancebo (E)

2007 : Denis Menchov (R)

Deux arrivées seulement pour le Tour de France :

1997 : Jan Ulrich (All)

2009 : Brice Feuillu (F)