05/07/2016

ADRIEN PETIT DE LA GRAINE DE CHAMPION

La transformation d’Adrien Petit, le seul nordiste du peloton, est totale depuis son arrivée chez Direct Energie. L’Arrageois effectue son deuxième Tour de France, le premier, il y a deux ans, il était sous les couleurs de Cofidis. L’an dernier il n’a pas reconduit son bail avec l’équipe nordiste et a souri aux propositions de Jean René Bernaudeau pour son équipe Direct Energie.

Sous la houlette du vendéen est tout autre. Il en a fait le dernier échelon de la fusée Bryan Coquart. Entendez par là qu’il est le dernier a emmené le sprint pour le vainqueur des 4 Jours de Dunkerque. « Il est parfaitement bien, précise Jean René Bernaudeau, on a vu depuis le début de ce Tour de France que le train du sprint mis en place est bénéfique. Adrien Petit l’aspire littéralement vers la ligne d’arrivée et les places d’honneurs récoltées montrent l’efficacité du groupe. »

L’arrageois a évolué dans son comportement, il prend beaucoup de plaisir. « Je me sens très à l’aise sur ce Tour. Jean René et les autres membres de l’équipe m’ont mis très à l’aise. »

Jean René Bernaudeau a un contact permanent avec Alain, le père d’Adrien, et le reste de la famille. C’est une des particularités de Jean René Bernaudeau toujours être très proche du coureur, même s’il ne s’adresse pas directement à lui. « Il a besoin de reprendre confiance en lui. Il sait qu’il possède un grand potentiel, mais il doit le mettre en pratique. J’y travaille. »

« Chez Direct énergie, précise Adrien Petit, il n’y a pas de hiérarchie établi. On est avant tout une bande copain. Nous savons nous amuser et redevenir sérieux dès que les conditions le demande. »

L’intégration dans l’équipe c’est parfaitement effectuée, « certes il reste encore quelques réglages à effectuer, souligne Jean René Bernaudeau, entre lui et Bryan Coquart. Sur ce Tour nous profitons de peaufiner quelques points. C’est une belle association pour l’avenir. Il ne faut pas oublier que si Arnaud Démarre a été Champion du monde juniors, c’est grâce à lui. Donc il n’y ait aucune raison pour qu’il ait perdu ces qualités. Cette doublette va bien se roder cette année pour devenir irrésistible l’an prochain. »

Il est vrai qu’Adrien Petit est bati pour être un rouleur, voire sprinteur, mais ne sera jamais un grimpeur et ne pourra jamais prétendre à ce maillot à pois Carrefour. « Et pourtant j’adore ce maillot, il m’a fait rever quand j’étais plus jeune. »

Le travail qui l’attend sur ce Tour est considérable et difficile et ce dès que la route s’élève. Par rapport à 2013 et sa première participation le point positif est qu’il n’a pas connu la chute comme cela avait été le cas dans l’étape entre Ypres et Arenberg. Sur ce Tour 2016 il veut garder intact sa gestion de la course. « J’affiche une belle condition et je crois que notre équipe Direct Energie est capable d’aller chercher une étape. De toute façon je ferais tout pour ça. »