20/07/2016

CHRISTIAN PRUDHOMME ET BERNARD HINAULT AIMENT LE MAILLOT A POIS

Christian Prudhomme, le patron du Tour de France, est ravi de la collaboration entre Carrefour et la Société du Tour de France pour ce maillot à pois.

« Félix Lévitan était un amoureux de la piste. C’est sur cette piste qu’il a rencontré Henri Lemoine, spécialiste de l’exercice. Pour se distinguer Henri Lemoine a adopté une casaque blanche avec des gros points rouge. En 1975 Félix Lévitan veut distinguer le meilleur grimpeur du Tour. Il faut trouver un maillot distinctif. Il repense à Henri Lemoine, ce sera donc un maillot blanc à Pois rouge. Jacques Goddet lui a demandé ce que c’était que ce truc, mais finalement c’était une grande trouvaille. C’était très fort car aujourd’hui c’est un des maillots les plus aimé et les plus apprécié par le public. Les fans sont nombreux et pas uniquement en France. C’est un maillot particulier qui a une force incroyable. Il est désiré par les coureurs et aimé par les gens.

Le maillot de meilleur grimpeur-Carrefour a su se faire une place au soleil, juste à côté du maillot jaune. Il y a le mythe de la montagne, le mythe du grand grimpeur.

Bernard Hinault a réussi, les coureurs ont des stratégies différentes. Rodriguez a déjà gagner deux étapes et le maillot à pois lui irait comme un gant. Il est loin d’être rassasié.

Depuis 41 ans tout le monde veut le gagner. Et pour cela heureux d’être associé à Carrefour. Symbole de la fidélité, un réseau exceptionnel, c’est le premier entrepreneur privé de France et on ne peut qu’avoir de l’admiration pour cette société. Cette association entre le maillot à pois et le grimpeur est exceptionnelle, elle est forte. Jean Marie Leblanc avait dit que le Tour doit être aimé et je pense que Carrefour aime le Tour. Un maillot clownesque peut-être, mais maillot important avec un partenaire de terrain et ça c’est capital. »

Bernard Hinault qui a remporté, lui aussi le maillot à pois, ce maillot est tout un symbole. « Il fallait inventer se maillot car il fallait pouvoir distinguer les grimpeurs du reste du peloton. Avant c’était un signe distinctif sur le maillot, ce n’étais pas suffisant. Les grimpeurs sont exceptionnels, capables d’aller chercher des points dans la montagne. Il a évolué tout au long de son parcours où au départ on pouvait prendre des points importants dans les moindres côtes et donc des non grimpeurs ont pu remporter ce maillot. Heureusement tout cela a évolué. Dans la Haute Montagne il faut gagner le grimpeur.

C’est un maillot un peu comme un clown, mais rapidement ça a évolué dans les mentalités et on cherche le maillot à pois dans le peloton. C’est mieux d’avoir un maillot distinctif.

Le maillot jaune reste au-dessus de tous, mais quand on a la possibilité de prendre les 3 maillots ont le fait. La compétition est un jeu et lorsqu’on a la possibilité de tout rafler il ne faut pas se gêner.

Le Tour a besoin de Carrefour et Carrefour a besoin du Tour de France. Carrefour est une très grande enseigne mais il faut montrer son savoir-faire et le Tour de France est pour cela un magnifique terrain de jeu. »